Balmens : « C'est jouable »

23 mars 2019

Balmens : « C’est jouable »

Home Page Venu de Blois à l’intersaison, Thomas Balmens opère désormais à Tours. A la veille d’affronter ses anciens partenaires, à Tonnellé, dans un derby décisif pour la qualification

see page aux 32e de finale, le Savoyard croit résolument aux chances de l’UST.

Il n’est pas de Tours. Pourtant, dimanche après midi, Balmens ne manquera pas de soutien. Cyrielle, sa copine, sera présente dans les tribunes, mais aussi Marc, son père, Nadine, sa maman, Jean Louis et Dany, le tonton et la tata, tous venus spécialement ce week-end de Savoie pour le voir jouer et gagner…

« Pour moi, c’est une pression supplémentaire, je n’ai pas le droit de passer à côté. Nous devons nous imposer, prévient Thomas Balmens. La victoire à Chinon conjuguée à la défaite de Blois face à Guéret ont changé la donne. Il y a un mois, nous étions au fond du seau. Depuis quinze jours, les rôles sont inversés, nous sommes engagés sur une voie royale. Méfiance toutefois, en rugby, tout change très vite. Au classement, nous sommes toujours derrière. Rien n’est acté, mais nous avons notre destin en main, j’y crois fermement, c’est jouable, mais ce ne sera pas facile. Je me méfie de leur réaction. Quand on perd à la maison, on cherche à aller récupérer les points à l’extérieur. Blois voyage bien. Ils ont déjà gagné à quatre reprises en déplacement. Restons donc concentrés », annonce ce garçon de trente ans, qui retrouvera ses amis blésois Nicolas Mariscal et Alexis Adrianssens dans un match particulier pour lui.

Depuis son passage à Blois, Balmens est devenu en l’espace de huit mois « l’un des maillons forts de l’UST », comme le reconnaît Franck Cohen, l’entraîneur adjoint.

Source Titulaire indiscutable

Ce dernier ne tarit pas d’éloge à son égard. «  Thomas constitue une excellente recrue, estime Cohen. Il a découvert le poste de centre, l’an passé à Blois. Avec sa formation de troisième ligne, nous voulions qu’il nous apporte de la polyvalence. Il a débuté au centre. Depuis, il a fait son trou, au point de devenir un titulaire indiscutable. Il est doté d’un excellent état d’esprit, il a envie de progresser et fait avancer l’équipe. Solide en défense et en attaque, il a tendance à toujours s’en sortir grâce à son physique. Pour progresser, il doit apprendre à quitter le ballon des yeux et savoir anticiper pour être plus efficace. » Toujours présent, dur au mal, sans cesse le sourire aux lèvres, Balmens, le bosseur, s’est imposé dans le collectif tourangeau. Et pourtant, rien ne prédestinait ce Savoyard né à Annecy à atterrir en Touraine. Ecoutons-le narrer son parcours atypique.

look at this site Il a proposé ses services

« Avec mes parents, nous habitions entre Annecy et Albertville, racontre Thomas. J’ai commencé le rugby à quatorze ans dans un petit club, en séries, à Faverges en Haute Savoie. Etudiant à la Fac de Grenoble, il jouera ensuite pendant sept ans à Seyssins en Fédérale 3, club avec lequel il montera à l’échelon supérieur.

Titulaire d’un Master en ressources humaines, Balmens postule ensuite pour un emploi. Le hasard l’amène en 2015 chez Bosch à Vendôme. Après avoir joué deux ans en honneur, l’envie d’aller voir plus haut le conduit à Blois. « Avec Vincent Jeudi, entraîneur à l’époque de Blois, nous faisions les trajets ensemble », raconte Balmens. Après une saison à Blois, tout s’accèlère…

Mai 2017, Balmens vient à Tonnellé en spectateur assister au 32e retour de l’UST contre Floirac. Il a le coup de cœur. L’envie de connaître une nouvelle aventure le tenaille. Il vient proposer ses services au président Benoît Sébillet. Séduit par le projet du club, Balmens signe très rapidement. Du coup, il déménage et bosse chez Radiall à Château-Renault.

« Nous ne sommes pas à notre place »

Le parcours de Tours le laisse un peu sur sa faim. « J’aurais aimé que nous soyions un peu plus haut, regrette Balmens. Au début, nous visions la montée. Nous avons perdu trop de points en route, à Montluçon, Guéret, Issoudun. Cela nous a plombés la saison. Au lieu d’avoir le couteau sous la gorge, nous devrions être seconds ou troisièmes. Bien au chaud. Nous ne sommes pas à notre place,  mais rien n’est perdu. L’équipe tourne et nous avons les moyens de finir très fort. »

«Même privée de Soulier, Ledoux, Barré, l’équipe a fière allure » confirme Franck Cohen. Preuve que tout le monde attend ce derby avec impatience. Il fera beau. Les supporters seront là en nombre prêts à pousser derrière les  « orange et bleu ». Ca sent bon les phases finales…Un 128e de finale en quelque sorte pour l’UST.

Bertrand Bourgeault

 

TOURS – BLOIS, dimanche 15h15 à Tonnellé. Arbitre M. Perez Ybarzabal (Ile de France).

Tours. 15. Lacroix – 14. Etamé, 13. Pionneau, 12. Balmens, 11. Labergère – (o) 10. Giffard, (m) Denormandie – 7. Pelletier, 8. Lépine, 6. Biet – 5. Girardeau, 4. Taylor – 3. Grelle, 2. Gabory, 1. Rougebec (cap). Remplaçants : 16. Coûté, 17. Boucavel, 18. Breil, 19. Faye, 20. Guerche, 21. Perchais, 22. Sheridan. Entraîneurs : Darthevel et Cohen.

 

Stats: 4 à 1 pour l’UST

 

Depuis la saison 2011-2012, Tours et Blois n’ont été versés dans la même poule de Fédérale 3 qu’à trois reprises. Le match de dimanche constituera la sixième confrontation entre les deux équipes.

A ce jour, l’UST mène 4 à 1, mais les Blésois ont signé un succès historique lors du match aller, le 18 novembre, en triomphant (24-14). Alors, prudence…

 

18 décembre 2011 : Blois – Tours 6-13

15 avril 2012 : Tours – Blois 27-9

13 novembre 2016 : Blois – Tours 3-19

12 mars 2017 : Tours – Blois 48-6

18 novembre 2018 : Blois – Tours 24-14

 

La réserve de l’UST jouera à 13h15 et alignera : 15. Caille – 14. Manteau, 13. Sheridan, 12. Giraud, 11. Aberkane – (o). 10. Donneau, (m) 9. Blanchard – 7. Guérineau, 8. Veauvy, 6. Pignata – 5. Duval, 4. Chevereau – 3. Ribbes(cap), 2. Daviti, 1. Thibault. Remplaçants : 16. Launay, 17. Manchini, 18. Murias, 19. Barthélémy, 20. B. Ledoux, 21. Morange, 22. Darnaut. Entraîneurs : Coulon et Courtillé.

 

La présentation de l’école de rugby aura lieu à 14h 45, puis René Prigent, le président de la Ligue Centre Val de Loire, remettra à Sylvie Coulon la médaille du Comité.

 

Pierre Gilles Lakafia, finaliste avec l’équipe de France à 7 du Tournoi de Vancouver, voici quinze jours, et auteur d’un essai face à l’Afrique du sud (21-12), donnera le coup d’envoi.  

 

La 20e journée

Dimanche 15 h

Riom – Chinon

Nontron – Poitiers

Issoudun – Vierzon

La Couronne – Montluçon.

Dimanche 15h15

Tours – Blois

Dimanche 15h 30

Guéret – La Châtre

 

Classement. 1. Poitiers 76 pts; 2. Riom 65; 3. Nontron 64; 4. Blois 55; 5. Tours 53; 6. Chinon 50; 7.  Guéret 50; 8. Issoudun 39; 9. La Châtre 35; 10. Montluçon 28; 11. La Couronne 13; 12. Vierzon 12.

 

Partager sur :