• 23 Avr
    L’oeil de Jean Louis Beraudy :« J’ai pris beaucoup de plaisir »

    L’oeil de Jean Louis Beraudy :« J’ai pris beaucoup de plaisir »

    Ancien troisième ligne aile ou talonneur des années seventies, Jean Louis Beraudy, invité de l’UST, est venu dimanche se ressourcer à Tonnellé. Il a revu des têtes connues et s’est replongé avec émotion dans une ambiance qu’il affectionne.

  • 21 Avr
    Stop ou encore pour l’UST

    Stop ou encore pour l’UST

    Fêter les départs à la retraite ou tenter de décrocher une hypothétique qualification, toujours possible mathématiquement, pour les 32e de finale, l’US Tours, au moment d’accueillir Guéret, peut hésiter. Pour Julien Darthevel, l’entraîneur en titre, dont ce sera la dernière sortie, après trois ans à la tête de l’équipe, le choix est vite fait.

  • 20 Avr
    Coulon : « une victoire bonifiée pour lancer la fête »

    Coulon : « une victoire bonifiée pour lancer la fête »

    Après six ans à la tête de la réserve de l’UST, Matthieu Coulon tirera aussi sa révérence à l’occasion de la venue de Guéret. « Je suis un peu fatigué et lassé, avoue ce fidèle, arrivé au club en 1998, à l’âge de onze ans, en compagnie de Sylvie et Marco, ses parents et de son frère Olivier. J’ai des projets personnels avec Ophélie, ma compagne. L’envie de couper avec le rugby m’habitait. Je n’arrête pas pour aller ailleurs. L’UST est mon club de cœur, je l’aime et je resterai toujours fidèle aux couleurs orange et bleu. Avec Olivier Deschamps, Guillaume Narbonne et Christophe Courtillé, j’ai connu de supers partenaires pour entraîner. Mon ami Christophe reste en place. Je suis certain qu’il constituera un duo de choc avec le nouveau venu. En attendant, devant Guéret, nous visons une victoire bonifiée pour lancer la fête. Il fera beau. Je souhaite que les deux équipes, pour cette journée un peu particulière, offrent deux victoires et du bon jeu aux supporters. »
    Educateur dès 15 ans
    Arrivé en gamin à Joué les Tours, Coulon ne regrette pas d’être venu du côté de Tonnellé. Passé par l’école de rugby, Matthieu a commencé par découvrir la fonction d’éducateur auprès des mini-poussins. Dès l’âge de quinze ans. Ensuite, après avoir joué en réserve à la mêlée ou à l’aile, voire ailleurs pour dépanner, il arrête sa carrière à vingt cinq ans. C’est alors que Xavier Guillemet, Martial Carrière et Laurent Tavard lui proposent de s’occuper de la réserve.
    « Depuis, sauf une seule saison, se félicite Matthieu, nous nous sommes toujours qualifiés pour les phases finales. Atteignant même les quarts de finale. Cette année, le groupe me procure beaucoup de satisfaction. C’est jeune et volontaire. Ils ont la volonté de s’amuser. Nous pouvons faire de belles choses. Il faut savoir être ambitieux. Terminer par une finale serait merveilleux. »
    Voilà tout le mal que nous souhaitons à Coulon, à son ami Courtillé et aux réservistes, qui n’ont cessé de briller depuis le début du championnat.
    En attendant, face à Guéret, la réserve tourangelle sera de nouveau commandée par Karl Pignata. Trop pris par son boulot, ce dernier, après avoir opéré en première, a pris du recul. Revenu dans le circuit, depuis quatre matches, ce solide troisième ligne aile est venu filer un coup de main à la réserve et constitue incontestablement un renfort de qualité.
    BERTRAND BOURGEAULT
    La réserve de l’UST jouera à 13h30 et alignera : 15. Caille – 14. Darnau, 13. Dautun, 12. Sheridan, 11. Aberkane – (o) 10. Donneau, (m) 9. Giraud – 7. Pignata (cap), 8. Veauvy, 6. Barthélémy – 5. Beaufils, 4. Murias – 3. Daviti, 2. Naveau, 1. Launay. Remplaçants : 16. Morisseau, 17. Hag, 18. Denis, 19. Ronceret, 20. Giffard, 21. E. Sebillet, 22. Fradet. Entraîneurs : Matthieu Coulon et Christophe Courtillé.

  • 20 Avr
    Dioton n’a pas choisi sa sortie

    Dioton n’a pas choisi sa sortie

    La scène pourrait sembler surréaliste. Pourtant, elle s’est bien produite, jeudi soir à Tonnellé. Depuis plusieurs semaines, Jérémy Dioton venait participer à des séances à toucher avec ses copains. Cette fois, il est arrivé, escorté de son ami Pierre Alexandre Barré. Avec une idée bien tenace dans la tête. Mimi, pour les intimes, s’était juré de remettre le maillot de l’UST une dernière fois. Pour finir avec ses copains Barré et Soulié, l’ami connu à Lavaur dans le Tarn.
    A l’arrêt depuis le début de saison, en raison d’un AVC survenu lors du stage d’avant saison à Montoire, Dioton, à son grand regret, n’a pas joué un seul match de l’année. Le rugby et les copains lui manquent terriblement.

  • 20 Avr
    Barré : «Je resterai proche du club, je ne serai pas loin… »

    Barré : «Je resterai proche du club, je ne serai pas loin… »

    L’histoire de Pierre Alexandre Barré et de Jérémy Dioton est intimement liée. Tous deux sont arrivés, en 2003, au Lycée Vaucanson, au centre de formation. Très potes, ils espéraient se retirer en même temps. Pour des raisons différentes, l’histoire ne se terminera pas comme souhaitée. Dimanche après midi, ils seront tous les deux en tribune, alors qu’ils auraient tant aimé être sur le pré avec le maillot de l’UST. Avec le numéro 13 et le numéro 9 dans le dos.

  • 19 Avr
    Coûté : « Je suis très content d’avoir fini à Tours »

    Coûté : « Je suis très content d’avoir fini à Tours »

    Né à Orléans, formé au RCO et venir jouer à l’UST, chez l’ennemi juré, voilà en quelques mots résumée la carrière d’Alexandre Coûté. Contrairement à Barré, Dioton et Faye, il sera le seul, dimanche, à jouer contre Guéret et, ensuite, à ranger les crampons. Visiblement, Alexandre, qui bosse chez Mandrego, une agence de communication événementielle située à Ballan-Miré, semble bien le vivre. Dans son discours, on sent rapidement qu’il a déjà basculé sur une autre vie.
    « En fin de saison dernière, je me suis cassé l’épaule à Floirac en 32e de finale, se remémore le talonneur tourangeau. Je ne voulais pas arrêter sur une blessure. Du coup, le temps de revenir physiquement et avec mon boulot, qui me prend beaucoup de temps, je n’ai repris la compétition qu’en décembre. J’ai eu du mal à retrouver le niveau. »

  • 19 Avr
    Faye : «  Ca ne se termine pas comme je l’avais envisagé… »

    Faye : «  Ca ne se termine pas comme je l’avais envisagé… »

    Avec Fabien Petit, Jérémy Dioton, Pierre Alexandre Barré, Maxence Daguy et Thomas Rougebec, Jean Marie Faye, le puissant deuxième ligne (1,84m, 102kg) de l’US Tours, originaire de Poissy, fait partie du noyau dur des anciens, sacrés vice-champions de France en 2017. Sans oublier des cadres plus jeunes comme Bastien Biet, Charles Taylor, Paul Girardeau et Aymeric Grelle. La liste est longue et non exhaustive. Dimanche, à l’occasion de la venue de Guéret, Faye, à 34 ans, mettra un terme à sa carrière. Ecoutons le…

  • 18 Avr
    « Darthos » : « Je veux voir mes enfants grandir »

    « Darthos » : « Je veux voir mes enfants grandir »

    Une page se tournera dimanche pour Julien Darthevel. Pour la dernière fois, ce Normand de 39 ans, originaire d’Avranches, dirigera l’UST face à Guéret. Sans bruit, il passera le témoin à Franck Cohen, son adjoint. Après vingt ans de bons et loyaux services, « Darthos », comme l’avait surnommé son ami Yann Labrit, coupera avec le rugby. Sans la moindre amertume. «  Quand tu arrêtes ta carrière de joueur, tu passes de l’autre côté de la ligne blanche, avoue-t-il Cette fois, je vais sauter par dessus la barrière. » Jolie formule. Nul doute toutefois que Julien aura un petit pincement au cœur, mais comme il a choisi de prendre sa retraite sportive, il le vivra bien. Avant de tirer le rideau, Darthevel a accepté de se raconter. Morceaux choisis.

  • 16 Avr
    Sept dames au service de l’UST

    Sept dames au service de l’UST

    Tous les dimanches, elles sont là. Dès midi. Toujours souriantes et disponibles.

    A l’espace partenaires, situé au dessus du club house, elles se multiplient pour que tout le monde soit servi en temps et en heure, que les plats arrivent chaud et que les bouteilles de vin viennent étancher votre soif. Le nombre de couverts ne les affolent pas. 180 pour Chinon, Poitiers, et Blois.
    A chaque fin de repas d’avant match, Dominique Ledoux, micro en main, y va de son petit couplet pour les remercier de leur gentillesse et de leur disponibilité. A notre tour, nous avons pensé qu’il était venu le moment de leur rendre hommage par un article et une photo sur le site du club. Tant pis si leur modestie en souffre.
    Nous avons voulu mettre en avant Maria, présente depuis trois ans et ses copines Adelaïde, Anne, Fadila, Marion, Maylis et Zohra. Ces sept dames sont là pour vous servir.
    Depuis le début de la saison, elles se faufilent entre les tables pour vous amener piperade, cassoulet, blanquette de veau, gigot bitume, choucroute ou encore tripoux. Dimanche, pour Pâques, en avant première, nous pouvons vous annoncer que ce sera paleron de bœuf braisé.

    Alors, pour l’occasion, réservez leur ovation monstre pour dimanche. Elles le méritent amplement.

    Bertrand Bourgeault

     

     

  • 16 Avr
    Lakafia  explique le renouveau des Bleus

    Lakafia  explique le renouveau des Bleus

    Membre à part entière de l’équipe de France à 7, Pierre Gilles Lakafia, actuellement blessé, a dû renoncer à la tournée asiatique. Resté se soigner en Touraine chez son ami Thomas Soulié, il n’est pas surpris des places de finaliste obtenues à Vancouver, puis à Hong Kong et, enfin, de la neuvième place, ce dernier week-end, au tournoi de Singapour, après la victoire devant l’Ecosse (22-19). Premier supporter des Bleus, Lakafia explique les raisons de cette métamorphose et évoque son avenir et ses ambitions. Morceaux choisis.

1 2 3 4 5 6 18