• 6 juillet 2018

    Saison 2018/2019 : Bienvenue à Tonnellé

    Ils viennent de signer à l’US TOURS

    Cette semaine douze joueurs seniors ont décidé de rejoindre l’US Tours la saison prochaine afin de renforcer l’effectif. A l’occasion de mutations professionnelles, d’études ou de rapprochement de conjoint, c’est le projet du club qui les a décidé à porter les couleurs « orange et bleu » à partir de septembre 2018.

  • 27 juin 2018

    US Tours : 120 ans et en pleine forme

    Samedi après-midi, durant la désormais traditionnelle « Journée orange et bleue », l’US Tours a soufflé ses 120 bougies. Toutes les composantes du quatrième plus vieux club de France, des six ans jusqu’aux seniors en passant par les vieilles gloires, les partenaires et tous ceux qui ont œuvré de près ou de loin au bon fonctionnement de l’institution US Tours, s’étaient donné rendez-vous à Tonnellé.

  • 17 juin 2018

    Journée Orange et Bleu : barbecue géant et feu d’artifice à Tonnellé

    Chers supporters, amis de l’UST et passionnés de rugby, le club, les joueurs et les bénévoles vous donnent rendez-vous le samedi 23 juin au Stade Tonnellé. L’US Tours est ravi de vous accueillir dès 9h pour sa traditionnelle fête du club plus communément appelée « Journée Orange et Bleu ». Cette année le club fête ses 120 ans de rugby ! Des animations sont prévues spécialement pour l’occasion.

    L’événement est co-organisé en partenariat avec l’association 120 ans de rugby à l’UST et Décathlon avec son tournoi de rugby touch organisé par sa marque Offload.

    Programme de cette JOB d’été 2O18

    • 9h00 – 16h30 : Tournoi sénior Décathlon « OffLoad », rugby éducatif à 5 (12 équipes engagées)
    • 14h30 – 16h00 : Match de école de rugby contre les mamans
    • 16h30 – 18h30 : Matchs U14-U16 en partenariat avec l’US Saint-Pierre-des-Corps et l’Ovale de Loire
    • 18h30 – 19h30 : Tournoi de rugby à 7 U18
    • 14h00 – 18h00 : structure gonflable, chamboule-tout, pêche à la ligne, tombola avec 50 places de cirque à gagner, promenades à cheval, ventriglisse, exposition de voitures Rolland Pilain, projection de vieux matchs de l’UST et All-Black vs France, exposition photos, exposition de dessins d’enfants des écoles
    • 19h00 – 00h00 : soirée dans le club-house animée par la société Phoënix, barbecue géant et feu d’artifice à 23h

    Possibilité de vous restaurer sur place le midi et le soir. 

    Venez nombreux, l’entrée est gratuit et l’événement est ouvert à tous !  

     

  • 31 mai 2018

    L’UST recrute ! Le club souhaite renforcer ses équipes encadrantes de formation

    Pour la saison 2018-2019, le club  souhaite renforcer ses « équipes encadrantes de formation » pour son école de rugby (EDR de moins de 6 ans à moins de 12 ans) et ses sections jeunes rugby (SJR de moins de 14 ans à moins de 18 ans) par le recrutement de :

  • 31 mai 2018

    Mardi 29 mai : tournoi scolaire d’initiation à Tonnellé

    Même si la saison rugbystique est terminée depuis le 6 mai pour les joueurs de l’équipe première, sortis par Floirac en 32e de finale, le temps des vacances n’est pas encore arrivé pour l’équipe dirigeante. Ils se penchent, en effet, activement sur la saison prochaine et le recrutement.

    Néanmoins, en ces mois de mai et juin, l’actualité demeure bien présente avec le Challenge Lamarre et la préparation de la journée orange et bleu du 23 juin à Tonnellé. Sans oublier bien sûr la 22e édition du tournoi Howard Hinton, ce week-end au stade de la Vallée du Cher.

    Parallèlement à ces rendez-vous, l’UST a organisé, mardi 29 mai, à Tonnellé pour la première fois sur ses installations un Tournoi scolaire d’initiation au rugby entre les écoles primaires de Tours Nord et Tours Centre. Près de 260 garçons et filles étaient présents entre 9h30 et 15h. Ces élèves de CM1 et CM2 étaient issus des écoles Michelet, Maryse-Bastié, Rabelais, Racault, Saint Exupéry et Pitard. En tout, il y avait 28 équipes.

    La journée se divisait en deux temps forts: des matches pour les initiés et des ateliers diversifiés pour ceux qui ne jouaient pas, basés sur la technique du rugby, l’anglais, le secourisme, les arts visuels avec pour objectif de réaliser une fresque pour les 120 ans du club.

    Ce Tournoi était organisé conjointement par l’US Tours et l’Education Nationale. Baptiste Beaufils et Ludovic Fontaine étaient les pilotes de cette opération du côté du club, alors que Corinne Martin était la coordinatrice au niveau de l’Education nationale. Cette journée a connu un franc succès.

                                                                                    Bertrand Bourgeault 

  • 31 mai 2018

    En bref

    En demi finale du championnat de France militaire, Mont-de-Marsan affronte Colmar cet après midi (15h) à Tonnellé.

    Aucune équipe de la poule 7 de Fédérale 3, soit celle de l’UST, ne montera en Fédérale 2. Après Tours, La Baule et Auray éliminés en 32e de finale, Plouzané a été sorti en 16ème par Layrac (deux défaites 32-13 et 24-19). Floirac, tombeur de l’UST a pris le meilleur sur Gujan Mestras (victoire 58-13 et défaite 12-0). Ont également obtenus leur billet d’accession Châteauroux, Pontault Combault, Le Havre, Rillieux, Nantua, Dôle, Tournon, Les Angles, Layrac, Périgueux, Vichy, Gruissan, Negrepelisse, Coarraze Nay et Aramits.

    L’équipe de France développement participera au Tournoi Hinton de rugby à 7, ce week end à la Vallée du Cher. Jean Loup Hadjadj a retenu: Jérémy Aicardi (FFR), Simon Bienvenu (Racing), Paul Boudehent (Stade Rochelais), Robinson Caire (FFR), Aurélien Callandret (Oyonnax), Etienne Grelier (Dax), Thomas Hecquet (Carcassonne), Alexandre Lagarde (FFR), Pierre Lucas (Perpignan), Pierre Mignot (Grenoble), Sefo Siega (URC Dumbea), Mathieu Tixier (Clermont).

    Bertrand Bourgeault

  • 30 mai 2018

    La bonne santé du Challenge Lamarre

    En 1977, Pierre Robin créait le challenge Marcel Lamarre en souvenir de l’ancien joueur de l’UST disparu tragiquement. Quarante ans plus tard, le bébé a grandi. Le quadragénaire se porte bien. Pour preuve, cette manifestation phare du club tourangeau connait désormais un rayonnement national. Ce rendez-vous, réservé aux rugbymen en herbe de 8 à 14 ans, disputée samedi 26 mai, sur les installations de la Vallée du Cher, a connu un franc succès. Tant sportif que populaire. Pour la plus grande joie de Hugues Sollin et de Baptiste Beaufils, les deux chevilles ouvrières du Challenge.

    « Comme la météo était de la partie, jubile Hugues Sollin, nous avons pu faire de ce Tournoi une immense fête du rugby. Dans le cadre bucolique et champêtre de la Vallée du Cher, les familles, venues en nombre avec abris et matériel adéquat, ont pris plaisir à pique-niquer. D’où un grand moment de sport et de convivialité. »

    Sur le plan sportif, Massy, déjà vainqueur à cinq reprises, a ramené le trophée dans l’Essonne pour la sixième fois, confirmant que « cette école de rugby toujours aussi performante reste bien la référence », reconnaît Baptiste Beaufils. Lauréate en 2014, l’UST devra encore patienter pour inscrire de nouveau son nom au palmarès.

    Notons pour la petite histoire qu’un club roumain (Urinéa Lasi), cher à Sébastian Ungeréanu, l’ex talonneur de l’UST et de Saint Pierre, a amené une touche européenne à ce rendez-vous du sport et de l’amitié.

    Près de 1400 apprentis rugbymen issus de 29 clubs différents ont foulé les sept terrains mis à disposition. «  Sur ce superbe bijou, mentionne Hugues Sollin, quatorze matches se disputaient simultanément sans le moindre temps mort. Soit plus de 200 matches entre 9h30 et 17 h. » Cette manifestation réglée … rubis sur l’ongle n’a été possible que, grâce à l’implication d’anciens, de dirigeants et de près de 160 bénévoles, issus en majeure partie de l’UST.

    Précisons également que toutes les rencontres ont été arbitrées par les cadets et juniors du club.

    Rien n’avait été négligé. Pour meubler l’heure de la pause déjeuner un match démonstration de féminines entre Tours et Chinon figurait aussi au menu.

    Pour informations, on précisera que les équipes de Brive, Dijon et Grandchamp ont été hébergées depuis le vendredi soir dans des familles des clubs de Saint Pierre, Joué et de l’UST. Soit près de 150 jeunes. Qu’ils en soient remerciés. Les encadrants et éducateurs étant pris en charge par le club.

    Afin de clôturer cette manifestation dans la bonne humeur, chaque gamin est reparti avec un goûter, un sac à dos et chaque équipe s’est vue offrir, en souvenir, un ballon avec le sigle 40e Lamarre.

    A l’heure des récompenses étaient présents Christophe Bouchet, maire de Tours, Mohamed Moulay, vice-président de la Région Centre Val de Loire, Xavier Dateu, vice-président du Conseil départemental, Rodolphe Estève, président du CD 37, Benoît Sebillet, président de l’UST, ainsi que Frédéric Mathieu, co-président du Challenge Howard Hinton, qui se déroulera dès vendredi prochain au stade de la Vallée du Cher.

    A l’heure où l’Indre et Loire confirmait qu’il était bien une terre d’ovalie, Hugues Sollin et Beaufils, les deux maîtres d’oeuvre du Tournoi, se tournaient déjà vers l’avenir. Parmi les projets, encore dans les tuyaux, figurent la possibilité d’étendre le Lamarre sur deux jours, ainsi que de créer un tournoi cadets juniors de rugby à 7. Mais tout cela n’est encore qu’en jachère…

    Bertrand Bourgeault

  • 30 mai 2018

    Votre fils ou votre fille souhaite essayer un sport collectif ? Pourquoi pas le Rugby !

    Le rugby ne nécessite au départ aucune qualité particulière et les grands comme les petits, les minces comme les trapus, peuvent le pratiquer. Ce sport fait appel à des qualités tactiques, techniques (adresse, équilibre, précision, rapidité) et d’endurance. Certains joueurs devront être avant tout rapides (arrières) et d’autres puissants (avants) mais tous devront être capables de supporter des changements de rythme permanents, car contrairement aux sports d’endurance individuels (que l’on peut pratiquer seul et à son allure), le rythme de pratique du rugby est imposé par le jeu lui-même.

    Bienvenue à votre fils, votre fille : 

    • Né(e) entre 2009 et 2013 (M6 à M10) le mercredi de 14h30 à 16hau stade de Tonnellé (entrée rue Saint-François) – Accueil par Sandrine, Charlène, Sylvie ou Marco.
    • Né(e) entre 2005 et 2008 (M12 à M14) le mardi et jeudi de 18h30 à 20h au stade de la Chambrerie (2-4 rue de Tartifume) – Accueil par Stéphanie ou Delphine.
    • Né(e) entre 2001 et 2004 (M16 à M18) le mercredi de 18h à 19h30 et le vendredi de 18h30 à 20h au stade de la Chambrerie – Accueil par Lucile ou Marie-Anne.
    • Les Féminines nées entre 2001 et 2006 (M15 à M18) le mardi et jeudi de 18h30 à 20h au stade de la Chambrerie – Accueil par les Cathy.

    Nous contacter :

     

  • 18 mai 2018

    120 ans de sport au cœur de Tours

    Fondée en 1898 sur les bords de Loire, doyenne des sociétés sportives tourangelles omnisports encore en activité, l’Union Sportive de Tours a traversé plus d’un siècle d’existence. Mais sa vie n’a pas toujours été un long fleuve tranquille.

    L’esprit des gentlemen

    Le phénomène prend de l’ampleur en pr0′,li’1Ce l’ile Aucard devient le !erra n de JeU de ces « sportsmen •· Rejoints par les étudiants du lycée Descartes, qui auraient décowert le jeu de rugby par le biais de John Congreve Murray, étudiant britannique de passage en Touraine, les membres du Rowing décident en août 1897 la création d’une section athlétique.Au fil des mois, prenant progressivement son autonomie, naît l’Union Sportive de Tours réunissant bon nombre d’étudiants en médecine. À l’étroit, l’UST déménage. On retrouve sa trace en 1902 sur l’avenue de Grammont, face à l’usine Lesourd, à hauteur de l’actuel centre aquatique. Disputant des rencontres amicales, notamment face au Racing, elle inaugure, déjà parée d’une tunique orange et bleue, ses premiers championnats. En 1907, les inondations obligent à s’installer ailleurs, direction Pont­Cher. Deux ans plus tard, le club franchit une nouvelle étape en déposant ses statuts en préfecture. La guerre 14-18 n’épargne pas le club qui perd bon nombre de ses éléments. li mettra de longs mois à panser ses plaies. Une convention d’occupation est signée le l er janvier 192 l avec l’hospice général de Tours, propriétaire des lieux. L’UST occupe finalement ce
    qui deviendra le stade Tonnellé depuis près de cent ans.

    Des partenaires économiques de poids

    La puissante firme automobile Rolland-Pilain, dont les activités rythment la vie de la place Rabelais et de la  rue Giraudeau, associe son nom à celui du stade dont l’inauguration en novembre 1924 permet d’admirer de cuvelles tribunes, une piste d’athlétisme, ainsi qu’un panneau d’affichage.Au partenariat entre l’UST et Rolland Pilain succède, en 1931 , celui signé avec la firme Timbrer, fabricant de meubles. La création par Georges Ferrand, périgourdin de naissance, d’une novatrice école de rugby, en 1937, fonde le profond attachement du club à la formation des jeunes. Bien structurée, l’UST retrouve en 1938 l’équivalent de la seconde division qu’elle avait quittée en 1929. Las, la guerre vient ericore tout chambouler. Son terrain réquisitionné par l’occupant allemand, l’UST s’exile au stade de Grandmont. Georges Ferrand est, quant à lui, déporté en 1943. Il ne devait jamais revoir sa famille, ses amis et son club. Deux de ses élèves partagent son funeste destin Miginiac, 19 ans, et Charles Crochet, 20 ans. À la Libération, tout est à reconstruire.

    Les glorieuses années des Oranges et Bleus

    Le cinquantenaire du club est fêté en avril 1948. C’est l’époque des tribunes en bois où, pour alimenter la chaudière, il faut scier des bûches afin de prendre une douche chaude. L’arrivée de l’Agenais Jacques Gomis comme joueur­entraîneur, va hisser l’UST au plus haut niveau du rugby français. Promus au sein de l’élite, lors de la saison 195 l – 1952, les  « Oranges et Bleus » défient des équipes de renom comme Agen, Bayonne, le Racing, avant la rétrogradation en division d’honneur en 1966 et une lente descente en enfer.  Il faudra patienter près de quarante ans pour revoir l’UST en première division (1993- 1994). Vient ensuite l’avènement du professionnalisme en 1995. L’entraîneur palois Robert Bernos débarque en Touraine. L’UST redécolle : montée et titre de champion de France de deuxième division ( 1997), puis accession en Pro D2  (2001) avec Jean Anturville  à la barre. On connaît la  suite, peu glorieuse, des rétrogradations administratives pour dérives financières et c· est Benoît Sébillet qui reprendra courageusement les rennes. Souhaitons-lui, pour fêter les 120 ans de l’UST, que son rêve d’accession prochaine en Fédérale 2 se réalise …

     

    Extrait de Tours & Moi | Magazine de la ville de Tours

  • 12 mai 2018

    L’US Tours a de la réserve

    La bonne santé d’un club se mesure souvent à la qualité et à la quantité de son effectif de jeunes espoirs, comme de joueurs plus anciens qui apportent leur expérience. L’US Tours en a bien conscience. Terminant seconde de sa poule, l’équipe réserve des Orange et Bleu, emmenée par Mathieu Coulon, Guillaume Narbonne et Philippe Faure s’est brillamment qualifiée pour les trente-deuxièmes de finale du championnat de France d’excellence B. Elle sera opposée à Mérignac.
    « Nous respectons notre tableau de marche après une saison régulière et pleine, même si nous avons quelques regrets sur un ou deux matchs. Notre groupe vit très bien et nous espérons faire mieux que la saison dernière, à savoir nous qualifier pour les demi-finales. Nous ne connaissons pas Mérignac et ce n’est pas plus mal : on évitera de se “ faire des cheveux ” comme parfois contre des adversaires connus », analyse Mathieu Coulon. Les entraîneurs de la réserve échangent régulièrement avec Julien Darthevel et Rudy Mary, le staff de l’équipe première, ainsi qu’avec Baptiste Beaufils, responsable des jeunes, afin de voir quels sont les joueurs susceptibles à court ou moyen terme d’intégrer l’équipe fanion.
    « Ce qui fait notre force cette année, c’est que le groupe est très soudé et que chacun travaille pour l’autre, explique Jonathan Donneau, le capitaine. Cela se fait dans une super-ambiance. Je suis à Tours depuis deux ans et j’ai rarement connu une telle symbiose… »
    L’intégration des jeunes se fait naturellement et le staff peut s’appuyer sur des garçons d’expérience, véritables leaders de jeu et de vestiaire comme Nicolas Guyot ou Julien Guerche (qui n’hésite pas à « aboyer » ses directives et replacer ses partenaires si le besoin s’en fait sentir).
    Cette équipe réserve classée dans le top 3 national peut donc avoir de légitimes ambitions, d’autant que son bon fonctionnement est assuré à tous les niveaux. Il faut ainsi souligner le gros travail d’intendance et administratif réalisé par Jean-Baptiste Blanchard et l’inamovible « mini Herrero » (référence à sa crinière blanche et son bandeau rouge, à sa gouaille, ainsi qu’à son amour pour son club) Kader Kefif.
    Peu de clubs de Fédérale peuvent d’ailleurs se targuer d’avoir une réserve au fonctionnement si bien huilé. C’est de bon augure et en parfaite conformité avec l’orientation voulue et insufflée par le président Sebillet et son équipe dirigeante.

    Extrait de la Nouvelle République, rédacteur : Patrick Kellogg

1 2 3 4